assurance auto
assurance auto
Tél: 09 54 97 50 58
Tél: 09 54 97 50 58

Garantie des Accidents de la Vie

Un accident de la vie quotidienne peut laisser de graves séquelles. Et c'est la vie de la victime mais également celle de sa famille qui bascule. Créée par les assureurs en 2000, la garantie accident de la vie (GAV) permet de recevoir, en pareil cas, un capital ou une rente.

Les accidents couverts par la garantie contre les accidents de la vie (GAV)

 

La garantie contre les accidents de la vie (ou GAV) intervient en cas de blessures causées par un accident domestique (chute, brûlure…). Elle couvre également les dommages corporels subis lors de la pratique d’un sport (y compris dangereux) ou d’un loisir (voyage), lors d’une catastrophe naturelle (tempête, tremblement de terre, avalanche) ou technologique (effondrement, intoxication alimentaire). Ajoutez enfin les accidents médicaux, les dommages faisant suite à un attentat, ou encore une agression.

En revanche, sont exclus de la garantie les accidents professionnels et de la route.

 

Les avantages de la GAV

 

Le grand intérêt de la GAV réside dans son caractère indemnitaire et non forfaitaire. L’assureur évalue et indemnise en fonction de l’ampleur de la gravité des préjudices subis. Si un tiers est responsable de l’accident, la société d’assurance indemnisera la victime et se fera rembourser par le responsable ou son assureur.

Les indemnités sont proposées de surcroît rapidement : au plus tard dans les 5 mois qui suivent la date à laquelle l’état de la victime est stabilisé.

 

Le calcul de l’indemnisation

 

L’assureur indemnise la perte économique subie par la famille. Un accident peut provoquer une incapacité de travail et donc un manque à gagner. Cette baisse de revenus peut avoir des répercussions sur toute la famille : par exemple une impossibilité de financer les études d’un enfant.

La GAV couvre justement de telles conséquences. Mais pas seulement : elle prend également en charge les dépenses supplémentaires engendrées par l’accident. Exemples : les travaux d’adaptation du logement si la victime présente un handicap ; le coût de l’assistance d’une tierce personne.

Une indemnité est aussi versée en cas de préjudices esthétiques (cicatrice, claudication…), et de préjudices d’agrément. Il s’agit dans ce dernier cas de réparer les troubles provoqués dans les activités de loisirs notamment sportives. Pour ces deux préjudices, une victime jeune est, en principe, mieux indemnisée qu’une plus âgée.

Se protéger des accidents de la vie quotidienne, à la maison, dans la rue ou ailleurs, un bon réflexe quand on sait que 11 millions de Français en sont victimes chaque année.